Aurores boréales en Islande

Aurores boréales en Islande – Tout ce que tu dois savoir

Nordical Travel, dernière mise à jour : juin 30, 2021

Ce n’est un secret pour personne : l’Islande fait partie des meilleurs endroits au monde pour observer les aurores boréales. Chez Nordical, nous te proposons une sélection de voyages en hiver, parmi lesquels tu pourras certainement découvrir cette magie du ciel, et cet article est prévu pour que ce phénomène naturel n’ait plus aucun secret pour toi.

kirkjufell mountain in snaefellsnes peninsula

Les aurores boréales, c’est quoi ?

Également connues sous le nom d’aurores polaires (Aurora Polaris), les aurores boréales seraient créées par des tempêtes solaires, provoquées par des explosions d’électrons et de protons venant de la surface du soleil. Ce plasma, lorsqu’il atteint la haute atmosphère de la planète, devient ionisé et émet un spectacle éblouissant dans toute une gamme de couleurs.  Cet incroyable phénomène se produit dans ce qu’on appelle la « zone aurorale » : une ceinture radiale de 2500 km centrée sur le pôle Nord. Il en existe également une au pôle Sud. De manière générale, plus on atteint le nord du globe et plus les chances d’observer les aurores boréales sont fortes. C’est pourquoi l’Islande rejoint la Norvège, la Suède, la Finlande, le Canada et le Groenland comme étant les meilleurs endroits pour les voir.  

Vertes, violettes... pourquoi leurs couleurs sont souvent différentes ?

Tu as probablement déjà vu des photos d’aurores boréales, et donc observé qu’elles sont majoritairement vertes. Cette couleur vient du fait qu’elles se produisent plus bas dans l’atmosphère, où les niveaux d’oxygène sont plus concentrés. Si la réaction se produit plus haut dans l’atmosphère, l’oxygène moins concentrée donne des couleurs différentes, du jaune au rouge en passant par le rose.  

Cela s’explique également par le fait que les réactions de couleurs différentes se mélangent les unes aux autres. Le bleu et le violet peuvent apparaître communément dans l’atmosphère la plus basse, où le plasma se mélange à l’oxygène et à l’azote. Les couleurs autres que le vert sont plus rares, car une activité solaire plus intense se produit à une fréquence moindre, et ce sont ces flux de plasma intenses qui sont nécessaires pour pénétrer les différents niveaux de l’atmosphère.  

purple and green northern lights in the sky in iceland

Ce que les légendes racontent...

Nous connaissons maintenant la science qui la sous-tend, mais ce ne fut pas toujours le cas. C’est Galilée qui fût le premier à utiliser le terme d’aurore boréale. « Aurora » fait référence à la déesse grecque de l’aube, et « Borea » et un mot grec désignant le « vent du nord ». Avant que nous commencions à les comprendre, les gens soupçonnaient des explications plus surnaturelles et mystiques, ce qui n’était pas toujours positif malgré leur beauté.   

Les Vikings pensaient que les lumières signifiaient beaucoup de choses. Par exemple, ils pensaient qu’elles étaient des manifestations des dieux comme Odin. Il se disait aussi qu’elles étaient des reflets de l’armure portée par les Valkyries, les émissaires d’Odin, qui transportaient les âmes des morts au Valhalla. Les Vikings pensaient également que les lumières signalaient l’ouverture du Bifrost (Bifröst), un pont céleste qui reliait le royaume d’Asgard (Ásgarður) au royaume des mortels.  

Les aurores boréales dans d'autres cultures

On peut trouver de nombreuses interprétations différentes de ce que signifient les aurores boréales dans les cultures inuites, celtes, samis ou encore amérindienne. En dépit de leurs nombreuses interprétations, elles ont normalement toutes en commun la croyance en une existence différente : dieux et monstres, disparition d’êtres chers, âmes tombées au combat, esprits d’animaux mystiques, chance ou destin certain… Nous en savons maintenant plus sur les raisons de leur apparition et leurs interprétations, mais nous ne savons pas tout de ce phénomène et un grand mystère plane autour de cette magie céleste.

Comment voir les aurores boréales en Islande ?

Il faut savoir que les aurores boréales ne font pas toujours leur apparition, et leur visibilité est un véritable loto de la nature. Les aurores boréales sont toujours actives, mais ne sont pas visible l’été par manque d’obscurité. Dans cette logique, tu devines facilement que l’hiver est le meilleur moment pour les voir. Ce qui est très important est de choisir une nuit claire, où la densité des nuages est assez faible pour apercevoir les étoiles. Si le ciel est dégagé, pense donc à fréquemment lever les yeux !  

massive northern lights in the sky in arkurary

Au bon endroit, au bon moment

Le lieu d’observation a également son importance, car il est préférable de s’éloigner de toute pollution lumineuse. Cela signifie qu’à moins qu’elles soient exceptionnellement fortes, se tenir dans le centre de Reykjavík est probablement le pire endroit où se trouver, car tous les lampadaires et autres éclairages vont ruiner ta vue du ciel. Le conseil le plus évident que tout connaisseur pourrait donner est donc de s’éloigner des grandes villes et d’éviter toute pollution lumineuse avant de tourner le regard vers le nord.

 

L’étape finale ? Eh bien, c’est facile : attendre. Les lumières ne suivent pas une horloge précise, et on ne se sait jamais réellement quand les voir. Elles sont parfois timides, ou peuvent au contraire offrir le plus beau des ciels aux aventuriers du nord. Pour être honnête, j’ai connu toutes les expériences : elles m’ont déjà surprise sur le pas de ma porte, tout comme j’ai déjà pu les attendre pendant des heures. Cependant, avec un peu de patience et de chance, on finit par trouver un trésor. Au cours de l’hiver en Islande, aucune nuit ne se ressemble.

 

Observer, mais rester en sécurité

Ça peut paraitre évident et, pourtant, des petits accidents peuvent rapidement arriver. Si tu es en voiture, ne t’arrête pas en plein milieu de la route, et quitte ton véhicule en choisissant un endroit accessible au public pour observer les aurores boréales. Parfois, en levant le nez vers le ciel, on en oublie également de regarder devant soi et les chutes peuvent très vite survenir, surtout lorsque le sol est verglacé… suis-je en train de relater l’une de mes aventures ? Personne n’a de preuve… 😛

Voici le site du bureau météorologique d’Islande. Il te sera très utile pour t’informer de la météo, de la couverture nuageuse, et du niveau d’activité des aurores boréales.

 

jokulsarlon glacier lagoon under amazing northern lights

Et pour capturer les aurores boréales, quels réglages sur le téléphone ?

Voici nos recommandations pour obtenir des photos géniales avec ton appareil.  

Étape 1 – Régler l’appareil photo en mode manuel. Il est plus efficace que l’automatique.  

Étape 2 – Régler la sensibilité ISO sur 800 et augmenter progressivement à partir de là. Plus le réglage ISO est élevé, moins l’image sera nette.  

Étape 3 – L’exposition doit être optimale et durer 15 secondes.  

Étape 4 – Ne bouges pas ! Utilises un trépied si tu en as un, ou trouve de quoi stabiliser ton appareil.  

Étape 5 – Croise les doigts.  

Pas de voiture ? Pas de problème

Si tu choisis un de nos voyages dont les nuits sont planifiées à Reykjavik, nous pouvons te proposer des excursions guidées, privées ou en groupe, permettant de sortir de la capitale afin d’observer les aurores boréales à l’abri de la pollution lumineuse.     

Bonne chasse !  

Visites connexes :